Présentation du CORAC

Engagements & Missions

Un secteur collectivement engagé dans la réduction de son empreinte environnementale

L’activité aéronautique mondiale ne représente que 2% du total de CO2 d’origine anthropique mais la croissance du trafic impose de progresser encore vers plus de sobriété énergétique afin que ce secteur reste faiblement contributeur à l’effet de serre. Le transport aérien est le seul secteur à s’être engagé collectivement  au niveau international sur des objectifs précis en matière d ‘environnement. En ce qui concerne le climat (et donc les émissions de CO2), l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) a décidé dès 2010 de s’engager sur une performance globale du transport aérien avec :

  • – un gain annuel d’efficacité énergétique (*)de 2%
  • – un objectif de stabilisation des émissions mondiales de l’aviation à partir de 2020 malgré une croissance annuelle de près de 5% (croissance « neutre en carbone »).

Dans le contexte de la COP21, les acteurs du transport aérien réaffirment leur volonté de limiter les émissions de CO2 du transport aérien mondial, malgré une croissance prévisionnelle de 5% par an.  Pour stabiliser les émissions à partir de 2020, le secteur prévoit des progrès dans la gestion du trafic aérien, els infrastructures, les technologies avion mais également le recours croissant aux biocarburants et la mise en place de mesures de marché (ou « offsets » compensant une partie des émissions)

Pour poursuivre cette dynamique grâce à ses capacités de recherche et d’innovation, l’Europe s’est dotée  d’un agenda stratégique à l’horizon 2020 puis d’un second à l’horizon 2050, sur la base des travaux du groupe ACARE (Conseil consultatif pour la recherche aéronautique civile). Ce calendrier fixe les performances environnementales qui devront être atteintes grâce à la mise en œuvre simultanée et collective de développements technologiques pluridisciplinaires. Les performances optimisées d’un nouvel appareil, par rapport à une année de référence 2000, associant toutes les technologies disponibles à la date de l’engagement ont été ainsi quantifiées dans 3 domaines : les émissions de CO2, d’oxydes d’azote et les émissions sonores:

  • – Impact sur le climat : -50% d’émissions de CO2 en 2020 ; -75% en 2050
  • – Impact sur la qualité de l’air: -80% d’émissions d’oxydes d’azote en 2020 ; -90% en 2050
  • – Bruit perçu : -50% en 2020 ; -65% en 2050

Le CORAC a adopté dès sa création les mêmes objectifs environnementaux : les projets qu’il définit doivent donc y contribuer significativement. 

Aucun appel en cours